Chronique Chronicle

Dans la lignée des posts “Je suis allée au cinéma récemment”, les dix bonnes raisons (selon moi) d’aller voir Chronicle de Josh Trank. Vous savez… Ce film à l’affiche un peu bidon où l’on voit trois jeunes tout droit sortis de la série Héroes en haut d’un building en position “j’ai-pas-peur-du-vide”

  1. Parce que c’est un mélange de plein de films. On peut y retrouver par exemple des airs de:

    +++++++

  2. Mais très sincèrement, tout ce que l’on peut trouver, ce sont des “airs” d’autres films, Chronicle n’est en rien une copie. Celui-ci est novateur dans bien des domaines.
  3. Le réalisateur a tout juste 27 ans. Juste avant ce film, il faisait se battre des jeunes avec des sabres lasers dans ses courts-métrages. Tout jeune donc, mais je pense qu’on va entendre parler de lui dans les prochaines années. Pour ne pas manquer le “Premier film” de Josh Trank, engouffrez-vous dans une salle de ciné. Vous pourrez dire “j’y étais”.
  4. Qui n’a jamais fantasmer de pouvoir déplacer les objets à distance? Quand on voit les trois garçons, faire évoluer leurs pouvoirs, on est bien jaloux et on se permet de vivre l’histoire par procuration. Un peu de rêve dans un monde de brutes (au début tout du moins) Et comme on se met dans la peau des trois antihéros, on  se pose plein de questions… Utiliserai-je ce pouvoir uniquement pour attraper la télécommande perdue de l’autre côté du salon ou m’amuserai-je un peu? Sur quoi/qui? À la fois effrayant et admirable, où se trouve la limite? Et la morale dans l’histoire?
  5. On a tous un petit looser au fond de nos coeur qui s’identifiera sans problème au personnage principal. Mais si, vous savez, celui qui rêve de justice, qui croit encore aux contes de fées, un peu geek et dont le but est de changer la face du monde. Mais ce petit gars (ou cette petite meuf) sera t-il/elle jusqu’au bout empathique? On est affecté par la condition du héros mais au final, pourra-t-on excuser tous ses comportements?
  6. Allez, on l’avoue, dans les Comics, ce qu’on préfère c’est le moment où le petit gringalet se transforme en balèze ultra puissant et beau gosse. L’apparition des pouvoirs, l’entraînement,  le changement d’une vie banale en aventure extraordinaire. On sait que tout va changer, on se trouve à un carrefour. Quelle voie choisir? Le premier Spiderman au cinéma ne vous a pas donné des frissons vous?
  7. Sans révéler les détails croustillants, je peux vous dire que Josh Trank sait habillement passer de l’euphorie à l’angoisse totale en exactement 1/2 seconde.
  8. Pour la psychologie des personnages. Comment passe-t-on d’agressé à agresseur? La transition se fait avec subtilité, et on ne peut s’empêcher de penser à tous ces ado qui perdent la raison et décident de passer de “l’autre côté” pour faire payer à ceux qui les ont fait souffrir. Ce film est donc une manière d’aborder un fait de société (monstrueux).
  9. Au final Chronicle est un film humain, qui traite de la vie  d’adolescents normaux (avec quelques petits pouvoirs surnaturels en plus, certes). Et moi, j’aime bien les films avec des adolescents où l’histoire n’est pas toute rose (High School Musical), toute noir (Thirteen) ou bien brillante (Twilight).
  10. Un dernier pour la route: les points de vues improbable que la caméra adopte tout au long de l’histoire. Le plus? L’évolution de la qualité de l’image au fur et à mesure, le changement des médiums… C’est bien Josh Trank, tu as su reconnaître le pouvoir du “found footage” (documentaire trouvé) et de l’effet caméra à l’épaule.
Advertisements
Tagged , , , , , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: